Épicerie solidaire à l'Université de Lille − sciences humaines et sociales

Une épicerie solidaire à la rentrée

La Campusserie : c’est le nom d’une épicerie qui ouvrira à la rentrée à l’université. Elle permettra de soutenir les étudiants en grande difficulté matérielle, tout en offrant un espace pour les projets et initiatives en développement durable et en engagement citoyen.

À la prochaine rentrée, une épicerie solidaire va ouvrir au sein de l’université, sur le campus Pont de Bois à Villeneuve d’Ascq. L’idée est de vendre à prix réduit des produits de la vie courante, à des étudiants et étudiantes en difficulté financière. L’épicerie ouvrira en septembre 2017 dans un espace inoccupé au rez-de-chaussée de la bibliothèque universitaire centrale. Elle disposera d’un accès direct au forum et au parking pour les livraisons (l’entrée se fera par le hall de la bibliothèque).

Les marchandises proviendront de la banque alimentaire (pour l’essentiel des produits secs), de la « ramasse » (les excédents des grandes surfaces donnés parce que proches de la date de péremption, ou parce que commandés en trop grand nombre) et sans doute aussi d’associations locales. Les horaires d’ouverture sont encore à définir, mais il est vraisemblable qu’il y aura trois demi-journées, probablement vers la fin d’après-midi pour permettre aux étudiant-e-s de remporter leurs provisions après leurs cours, et permettre la collecte de produits le matin.

« Les assistantes sociales du Crous sélectionneront les bénéficiaires selon différents critères, explique Marion Dalibert, chargée de mission développement durable à l’université, principalement s’ils sont en situation de précarité. » Un critère déterminant sera l’argent qui leur reste une fois réglées leurs charges fixes. Cette aide pourra être permanente ou temporaire. Par exemple, un-e étudiant-e qui doit interrompre le travail lui permettant de financer ses études afin d’effectuer un stage non-rémunéré (dans le cadre de son projet professionnel) pourra en bénéficier à ce moment-là.

L’un des éléments-clés du projet est de ne pas stigmatiser les bénéficiaires. « C’est pourquoi nous avons souhaité en faire un lieu de vie, explique Emmanuelle Jourdan-Chartier, vice-présidente à la vie étudiante, où se mélangeront différents publics. » La distribution des paniers bio aux abonnés de l’association Potatoit, devrait se faire dans le local. Le service commun de la documentation va aussi mettre à disposition un espace mitoyen utilisé pour l’accueil de publics scolaires lors des expositions, qui pourra servir à l’épicerie pour des animations diverses (voir encadré).

Logo la campusserie

La localisation de la future épicerie
La localisation de la future épicerie

L’épicerie pourra s’appuyer sur deux volontaires en service civique, recrutés pour cette mission et pris en charge par l’université. Ils seront là pour dynamiser l’opération et assurer le fonctionnement quotidien. La structure se basera sur une association, incluant étudiant-e-s et personnels, qui vient d’être créée. « C’est essentiel pour collecter des fonds, du matériel » explique Emmanuelle Jourdan-Chartier. La structure juridique d’une association permet de solliciter entreprises et fondations, qui pourront contribuer sous la forme d’un don défiscalisé.

La future épicerie a en effet des besoins immédiats : réfrigérateurs notamment, voire même une voiture pour collecter les produits auprès des grandes surfaces. Avis aux mécènes ! Des financements seront en outre nécessaires, notamment pour acheter les types de produits qui ne seront pas donnés gratuitement, mais aussi pour financer l’adhésion à l’association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes). Outre un allégement conséquent des démarches administratives, de précieux conseils et des formations, celle-ci fournira également son logiciel de gestion des commandes, des stocks, des ventes, etc. qui assure notamment la traçabilité des produits − une obligation légale.

Le bureau de la vie étudiante (BVE) assistera l’épicerie pour l’organisation, et afin d’assurer la pérennité de l’opération, au-delà des arrivées et départs des différents membres. Les membres participeront à la vie de l’épicerie, dans la mesure de leurs disponibilités, ce qui peut inclure d’animer des actions de médiation, de participer à l’approvisionnement, à la distribution, de monter un dossier de communication pour chercher des financements, etc. Deux stagiaires arriveront dès le printemps pour trois mois chacun.

Très clairement, l’initiative a vocation à se répéter dans les autres campus de l’Université de Lille : Roubaix-Tourcoing, Cité scientifique, etc. En gardant à l’esprit, comme l’a conseillé l’Andes, « qu’il ne s’agit pas d’importer un modèle : ces initiatives ne perdurent que si elles sont adaptées au site où elles s’implantent » La configuration du campus de Cité scientifique, par exemple, est différente de celle de Pont-de-Bois : beaucoup d’étudiant-e-s habitent sur-place, et il existe un autre dispositif de solidarité.

Une 2e réunion va avoir lieu prochainement avec visite du lieu, et lancement des groupes de travail… Vous pouvez rejoindre l’association en contactant Julia Cunin, du BVE. La Campusserie dispose désormais d’une page Facebook.

Aménagements prévus de l'épicerie solidaire
Aménagements prévus de l’épicerie solidaire

Quelles animations ?

Rien n’est encore figé, et toutes les idées sont bienvenues. Les seules critères sont que ce soit un événement gratuit incluant les étudiant-e-s, lié au développement durable et/ou l’engagement citoyen. Pour l’instant, plusieurs idées ont été avancées :

  • des trocs thématiques (s’équiper à la rentrée, matériel et vêtements de sport, instruments de musique, BD…)
  • des ateliers de réparation et de dons de matériel (ordinateurs, etc.)
  • des ateliers animés par les associations ( « consommer autrement », recyclage, fabrication de produits de beauté naturels)
  • des ateliers de customisation/couture de vêtement, avec des créateurs,
  • des cercles de lecture,
  • des ateliers de sérigraphie,
  • des ateliers de conseils diététiques pour « bien manger »,
  • des rencontres thématiques avec des associations extérieures (colocation solidaire, aide au devoir, etc.)

Une campagne de crowfunding

Une campagne de financement participatif vient d’être lancée pour apporter des financements à la campusserie. Merci de la diffuser ! Campagne de crowfunding

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *