Responsabilité sociale de l’université [2014-15]

Un chapitre du rapport d’activités 2014-2015 de la présidence, (voir le texte complet en PDF ici.)

Poursuivre l’amélioration de l’accueil, des conditions et de la qualité de vie sur le campus

Accueil

Les Journées d’immersion de la vie étudiante (Jivé)

Initiées par l’UdL-SHS l’année dernière, les Jivé – qui permettent de réserver un accueil ciblé aux néo-bachelier-e-s – se sont désormais étendues à l’ensemble des universités lilloises. Elles se sont déroulées du 3 au 17 septembre, avec un certain nombre de nouveautés, notamment des événements ouverts à l’ensemble des étudiant-e-s des trois universités (séance de cinéma en plein air, par exemple). Tous ces événements ont été l’occasion pour les étudiant-e-s de recueillir un maximum d’informations sur leurs conditions de vie dans l’établissement, en parallèle avec les rentrées pédagogiques. Ils-elles ont notamment pu visiter le campus, se renseigner auprès de stands d’accueil sur leurs inscriptions, leurs orientations et la vie associative.

Accueil et accompagnement des nouveaux enseignants-chercheurs

Depuis la rentrée 2015, les enseignant-e-s qui viennent d’être recruté-e-s ont pu bénéficier d’une décharge de 20 heures équivalent TD, en contrepartie d’un engagement à suivre des formations leur permettant de mieux connaître leur environnement et de s’initier aux innovations pédagodiques (pédagogie universitaire, prise en main des outils numériques, connaissance de l’université et du milieu professionnel). C’est un succès : 16 sur 18 ont opté pour cette possibilité.

Responsabilité sociale de l’employeur

Effectifs au 31 décembre 2014 :

  • Personnels BIATSS : 620
  • Personnels enseignants : 837
  • Total personnels : 1457
L’accompagnement social du changement dans le cadre de la fusion

Le projet de fusion des trois universités lilloises à horizon 2018 comporte des défis stratégiques, humains, financiers, opérationnels, techniques très importants. Le processus de fusion induira de profonds changements, dont certains devront être accompagnés de manière anticipée. À ce titre, un axe commun de formation est inscrit dès à présent dans le plan de formation des directions des ressources humaines des trois universités. Cet axe commun a pour objectif la mise en place progressive d’actions de formation et d’accompagnement individuel et collectif autour de plusieurs thématiques.

La prévention des risques psycho-sociaux (RPS)

Le groupe de travail « Prévention des risques psychosociaux : qualité de vie au travail », constitué en 2014, a procédé d’octobre 2014 à avril 2015 à la constitution, la diffusion et l’analyse d’une enquête sur la qualité de vie au travail. 22% des 1421 personnels de l’université sollicités ont répondu. Un document de 4 pages a été réalisé pour restituer cette enquête auprès des personnels. Des entretiens qualitatifs viendront affiner ces données. Début 2016, un plan d’actions va être conçu, qui ciblera notamment les points de vigilance mis en évidence par l’enquête. Le travail a été mené en lien étroit avec le CHSCT, dont l’accompagnement sur toutes les questions touchant les personnels (alertes et suivi des alertes par exemple) – en lien avec ses missions – s’est fortement renforcé.

Le harcèlement sexuel

La cellule de veille et d’information sur le harcèlement sexuel (CEVIHS), qui s’adresse aux étudiant-e-s et à tout le personnel de l’UdL-SHS, est actuellement composée de 12 membres, d’horizons différents : enseignant-e-s, chercheur-e-s, médecin du service de santé et, depuis peu, des étudiant-e-s. En 2014-2015, 11 dossiers ont été traités. L’établissement a organisé au Kino en novembre 2015, en partenariat avec Canal+, une projection gratuite et ouverte aux deux autres universités lilloises, du film documentaire « the Hunting Ground » sur les harcèlements sexuels et les viols sur les campus américains. La soirée a rencontré un grand succès public et a permis à la CEVIHS de se faire connaître auprès des médias et des étudiant-e-s.

Les prochaines actions de la CEVIHS seront basées sur la prévention avec des journées d’étude et des interventions au début d’année dans les cours. Un autre projet se dessine, plus provocateur : celui d’afficher dans l’université le projet « Crocodiles » (« Histoires de harcèlement et de sexisme ordinaire mises en bandes dessinées »).

Section disciplinaire

L’information donnée aux administrateur-trice-s a permis de mieux faire connaître l’importante activité de la section disciplinaire. En 2014-2015, elle a instruit 19 affaires mettant en cause 23 étudiant-e-s. Ont été prononcés 9 relaxes, 14 sanctions, avec 1 procédure en appel au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER). Il n’y a pas eu de dossiers concernant des enseignants.

L’égalité entre les femmes et les hommes

L’une des actions les plus marquantes dans ce domaine en 2014-2015 a consisté à développer les enseignements portant sur les questions d’égalité entre les sexes et intégrant la dimension du genre : UE « Psychologie et genre » et UE « Sensibilisation et dé-construction des stéréotypes de sexe ». Le sujet d’égalité entre femmes et hommes dans la formation des maîtres est également traité dans l’UE « Égalité filles-garçons à l’école », dans l’option transversale professorat des écoles.

Espaces de vie

Différents projets sont en cours, à retrouver dans la partie « Patrimoine » du chapitre « Pilotage » (projets de résidence étudiante, en plus de celle construite à l’ouest du campus ; de Maison des étudiants pour accueillir les activités de la vie étudiante, et de salle des sports).

Un espace vie étudiante comme “3e lieu” a été inauguré le 4 novembre 2014 à la bibliothèque universitaire centrale. Il est conçu pour offrir un lieu confortable où l’on vient pour travailler seul ou en petits groupes, se retrouver, se détendre, lire, s’informer, regarder une vidéo… (Blog Inforum, 26 novembre 2014) Les services de l’université ont également aménagé sur le campus de Pont de Bois un patio destiné à la détente des personnels et des étudiant-e-s, en contrebas de la galerie des 3 lacs. Des transats y seront disposés à l’occasion de certains événements (mini-concerts, etc.).

Un projet d’espaces conviviaux, à travers le campus, est également à l’étude. Préfigurant la réflexion engagée pour le Learning center, il s’agira d’aménager, dans les halls ou certains couloirs, des endroits où étudiant-e-s et personnels pourront s’asseoir pour travailler, discuter ou déjeuner. Leur aménagement comportera des branchements pour les ordinateurs. Il ne devra cependant pas gêner les déplacements, et respecter les contraintes de sécurité.

Services aux usagers

  • La nouvelle messagerie, plus souple et plus rapide, est en place. La messagerie des personnels a basculé progressivement à partir du printemps 2015, et celle des étudiants à la rentrée. Cette évolution va bien au-delà d’un simple remplacement de logiciel, car elle a nécessité la mise en place d’une importante infrastructure informatique.
  • Un nouveau service d’impression en ligne des documents est mis à disposition des étudiants :. Il leur permet, à des tarifs défiant toute concurrence, de lancer des impressions à distance et de récupérer leurs travaux sur différents points du campus grâce à leurs cartes multi-services.
  • De nouvelles applications dans l’ENT sont désormais disponibles : un service de visioconférence, accessible soit directement sur les postes de travail, tablettes et smartphones, soit par la réservation d’une salle dédiée pour les réunions à caractère institutionnel et les comités de sélection, et une plateforme de travail collaboratif.
  • Des études sont en cours pour améliorer la couverture WiFi. Il ne s’agit pas de viser une couverture totale du campus, mais d’ajouter des bornes dans les zones où se concentrent les étudiant-e-s et les personnels. Le forum du campus de Pont de Bois sera sans doute couvert. Les zones blanches continueront bien sûr à être respectées.

Mettre en place les dispositifs d’aide à la réussite

Handicap

Le schéma directeur handicap (SDPH)

L’UdL-SHS dispose d’un SDPH depuis le 10 juillet 2015 (vote en CA). Les principaux objectifs sont ceux requis par la loi : rendre l’université accessible à tous, des bâtiments aux ressources numériques. Le plan d’action comporte un axe étudiants et un axe personnels, auxquels s’ajoute un axe transversal (l’accessibilité). Plus d’une trentaine de propositions très concrètes sont faites, détaillées sous forme de « fiches-action » (voir le document - GED). Ce SDPH fera l’objet d’un bilan annuel.

Une convention avec des entreprises

Le 3 juillet, les universités lilloises ont conclu une convention sur le handicap [lien - GED] avec le rectorat, la Direccte, l’Onisep et 10 entreprises (Atac, Auchan, Bonduelle, Capgemini, Cyrillus Vertbaudet Group, Happychic, Manpower, Promod, Société Wordline du groupe ATOS, Thales). Cette convention prévoit notamment de renforcer l’accompagnement des élèves et des étudiant-e-s en situation de handicap pour faciliter leur accès aux campus, leur orientation, leur réussite et leur insertion professionnelle.

Le premier comité de pilotage, composé de l’ensemble des partenaires signataires de la convention, a eu lieu le 29 octobre 2015. La convention va d’ores et déjà être étendue à Bayer, élargissant ainsi le partenariat au secteur pharmaceutique.

Susciter l’ambition scolaire en situation de handicap

À la rentrée 2014-2015, le dispositif « Les cordées de la réussite » : Projets d’études/projets de vie pour les élèves en situation de handicap”, a débuté. Mené en partenariat avec l’Académie de Lille, il vise à accroître l’ambition scolaire et universitaire des jeunes lycéen-ne-s et collégien-ne-s en situation de handicap.

Biennale Handicap

A l’initiative de l’UdL-SHS, l’Université de Lille a organisé en novembre 2015 sa première Biennale handicap, en partenariat avec le Conseil départemental du Nord et la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH 59). Le thème de cette première édition était l’accessibilité et la Biennale s’est centrée sur deux questions : quelle société inclusive voulons-nous et comment l’université contribue-t-elle à la rendre plus inclusive ? Ont été organisées dans ce cadre des tables rondes, des journées d’études, des expositions, des pièces de théâtre, des actions de sensibilisation.

Réussite des étudiants

Programmes régionaux de réussite en études longues (PRREL)

L’université a étendu le PRREL Soutien au département Culture, satisfaisant ainsi une importante demande. Le PRREL Soutien, qui prévoit un suivi par un-e enseignant-e référent-e, du tutorat hebdomadaire par d’autres étudiant-e-s et enfin une aide financière sous réserve que l’étudiant-e soit assidu-e en cours, est réservé en principe aux boursier-e-s sur critères sociaux ou aux étudiant-e-s sans mention au baccalauréat.

L’expérimentation en philosophie d’un diplôme pour lutter contre le décrochage en premier semestre de licence (PRREL Tremplin) ne s’est pas révélée concluante, notamment en ce qui concerne l’assiduité des étudiant-e-s. Le dispositif n’a pas été reconduit, mais a été remplacé par le PRREL Soutien. En revanche, des demandes émergent, pour le second semestre et/ou la rentrée 2016-2017, de composantes telles que l’UFR Histoire − Sciences Historiques, Artistiques et Politiques, ou le Département Sciences de l’Information.

Le PRREL Ambition : “Pour oser l’enseignement supérieur”, qui vise à accompagner les jeunes prioritairement boursier-e-s du secondaire ou du supérieur : lycéen-ne-s de la seconde à la terminale, étudiant-e-s en deuxième année de DEUST, BTS ou DUT, devrait quant à lui être déployé à partir de la rentrée 2016-2017.

Des parcours aménagés

Aujourd’hui, il existe dans l’établissement un parcours aménagé qui s’adresse aux étudiant-e-s titulaires d’un bac technologique (« Sciences économiques et gestion d’entreprise » [SEGE], UFR MIME). L’établissement réfléchit à l’ouverture de parcours de principe analogue, par exemple destinés aux grands débutants en langue, comme cela existe dans une université grenobloise. De manière plus générale, l’objectif est de faire évoluer les dispositifs d’aide à la réussite en licence (DU Tremplin, propédeutique), qui visaient une remise à niveau « globale » de l’étudiant-e, vers des aménagements plus ciblés, intégrés à la formation qu’il-elle suit.

L’orientation active des néo-bachelier-e-s

L’analyse des causes de l’échec des étudiant-e-s en licence indique qu’il faut mettre l’accent en amont, sur l’orientation des futurs étudiant-e-s. Leur donner une connaissance complète de la réalité du monde universitaire et de la filière choisie est plus que jamais déterminant. Les réponses des enseignant-e-s de diverses formations aux appels à projets de l’université de 2013-2014 et 2014-2015 ont permis à certaines filières (au sein des UFR d’Histoire et Humanités à la rentrée 2014, et de l’UFR DECCID à celle de 2015) de mettre en place des questionnaires de positionnement permettant aux futur-e-s étudiant-e-s de situer leur niveau, lorsqu’ils-elles doivent faire leur choix (procédure admission post-bac, module d’orientation active).

La réflexion sur les capacités d’accueil et l’admission post-bac s’est voulue collective. Le vote en commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) sur l’admission post-bac a été le point d’orgue d’un processus de concertation et d’élaboration de critères, sur les capacités d’accueil et les retraits de la procédure complémentaire à partir d’un certain seuil.

Année de césure

La circulaire du 20 juillet 2015 prévoit que les étudiant-e-s puissent effectuer des périodes de césure au cours de leur formation (pour partir à l’étranger, travailler, etc.). Les modalités de césure seront précisées par le groupe de travail « GT césure » et rendues publiques préalablement au dépôt et au traitement des candidatures au cours du second semestre de l’année universitaire 2015- 2016. Les premières périodes de césure débuteront à la rentrée 2016-17.

Contrats étudiants

Les contrats étudiants sont une belle réussite. Ils ont été financés en grande partie cette année encore par le Conseil régional, et ont permis aux étudiant-e-s d’être rémunéré-e-s sur des actions qu’ils peuvent valoriser, et qui servent l’ensemble de la communauté universitaire.

Service civique

En 2013, l’université avait conclu un accord avec l’Institut du service civique (devenu depuis Institut de l’engagement) pour faciliter l’accueil et l’inscription des volontaires du service civique repéré-e-s et sélectionné-e-s par cet organisme. Les deux partenaires souhaitent aujourd’hui renforcer leur collaboration en donnant la possibilité aux volontaires d’exercer leur service civique à l’université, au sein des services qui souhaiteraient en accueillir. Pour cela, la démarche doit désormais être cadrée et une demande de label doit être déposée auprès de l’Agence du service civique.

Faire des étudiant-e-s des citoyen-ne-s impliqué-e-s et responsables

L’UdL-SHS a enclenché en 2014-2015 un important travail sur la question de l’engagement étudiant, et plus particulièrement sa valorisation. Pour cela, elle a mis en place trois modules (au sein d’une unité d’enseignement, l’UE10 − « Vie étudiante ») en 2014-2015. Pour cadrer ces activités qui se déroulent en dehors du campus, des conventions ont été signées avec trois associations : Afev, ZupdeCo, Perspectives (Blog Présidence, 15 juin 2015 ) confortant par la même occasion les partenariats avec le secteur associatif.

L’UdL-SHS a souhaité partager son expérience en faveur de l’engagement au cours du « Mois de l’engagement » organisé en novembre 2014. Suite à l’intérêt des étudiants et à leurs propositions, l’UE 10 « Engagement Citoyen » a évolué à la rentrée 2015-2016 (deux niveaux d’enseignement théorique).

L’université a également co-organisé avec l’Afev un colloque sur la responsabilité sociale des universités, et accueilli un événement international, le Forum européen des jeunes engagés, qui s’est déroulé du 26 au 28 août 2015. « Université d’été de l’innovation sociale et éducative », cet événement national est porté par plusieurs associations qui travaillent notamment dans des quartiers populaires (Afev, Graines de France, Unis-Cité, les Petits débrouillards).

Assumer une politique globale de développement durable et responsable

La politique de développement durable et responsable est aujourd’hui pensée à l’échelle de l’Université de Lille (voir chapitre « Territoire - Université de Lille ») et partagée à l’échelle de la Communauté d’universités et d’établissements (COMUE, voir chapitre « Territoire - COMUE »).

Un certain nombre d’actions plus ponctuelles restent néanmoins menées au niveau de l’UdL-SHS. On citera entre autres le jardin potager (voir ci-après), les actions initiées sur le thème de l’engagement (voir ci-dessus), le prix de l’étudiant 2014, qui a récompensé des initiatives portées par des étudiant-e-s et des associations étudiantes et visant à apporter des solutions durables à des problématiques sociales ou environnementales (Blog Inforum, 25 novembre 2014) et, plus récemment, la convention avec la société Centimeo, qui a permis la mise en place de deux bornes d’achat de chewing-gum avec des centimes, pour éviter le gaspillage de ces pièces, très coûteuses pour la collectivité (Blog Inforum, 24 mars 2015).

Favoriser l’engagement de la communaute universitaire en faveur des territoires

  • Depuis début 2015, l’UDL-SHS est désormais l’une des rares universités françaises à accorder la gratuité de l’inscription aux bibliothèques pour les lecteur-trice-s extérieur-e-s (les habitant-e-s de Villeneuve d’Ascq). Jusqu’ici, exceptées quelques catégories particulières (chômeur-se-s, réfugié-e-s, etc.), emprunter des livres était payant. Par cette action, l’université souhaite s’ouvrir sur le territoire qui l’environne, en facilitant l’accès à la culture, mais aussi à la documentation, afin de faciliter reprise d’étude et formation continue (Blog Présidence, 18 mars 2015).
  • Le Learning center (déjà en action avant même la construction d’un nouveau bâtiment, à l’horizon de 2020) a dans ses missions de contribuer à la formation d’un public large, en l’accompagnant dans un projet de reprises d’études ou de formation continue (formation tout au long de la vie). Il a aussi celle d’éveiller l’ambition pour l’enseignement supérieur des collégien-ne-s et des lycéen-ne-s. C’est pourquoi il mène des actions en direction de ces publics, comme des visites de l’établissement ou des expositions (voir par exemple Blog Inforum, février 2015). Plus largement, le Learning center vise à ouvrir l’Université sur la Cité, en appuyant et médiatisant la recherche qui y est menée, et la Cité à l’Université, pour y créer de l’innovation sociale.
  • Lors du deuxième Printemps des Associations (17 au 19 mars 2015), les associations étudiantes ont organisé sur le campus des activités ludiques, des ateliers de montage de projets et de création d’associations à destination de l’ensemble de la communauté universitaire, mais également du quartier de Pont de Bois (collège Simone de Beauvoir et habitant-e-s).
  • La culture, marqueur d’une université citoyenne (voir chapitre « Une culture ouverte à tous »).
  • Éducation à l’environnement
  • Participation de l’UdL-SHS au Printemps du quartier, intitulé « Nature en ville », le 3 juin 2015. Des actions de sensibilisation à la nature, au ‘bien manger’ (fruits, légumes, bio) ont été proposées par les associations étudiantes aux enfants et habitants du quartier. La bibliothèque universitaire centrale a également tenu un stand présentant des ouvrages en lien avec les thématiques de la nature et de la ville (livres de cuisines, recettes, jardinage, etc.), afin d’inciter les habitant-e-s du quartier à venir les consulter et les emprunter.
  • Un jardin potager a vu le jour en juillet 2015 grâce à l’association étudiante Potatoit. Ce jardin est ouvert aux personnels, étudiant-e-s et habitant-e-s du quartier (Blog Inforum, 4 septembre 2015).

Responsabilité vis-à-vis de la société

Accueil des réfugié-e-s

Le principe est d’accorder la gratuité des droits d’inscription aux réfugié-e-s qui en font la demande, de leur proposer une formation en français langue étrangère (FLE) dans la limite des places disponibles et de les orienter vers les formations les mieux adaptées. La réflexion se poursuivra au niveau de l’Université de Lille.

Laïcité

Pour aider les personnels à intervenir de manière appropriée, une note de service relative au principe de laïcité leur a été envoyée. Elle avait été présentée au conseil d’administration, envoyée au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche pour avis et amendements, et discutée avec l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Cette note donne les règles qui s’appliquent à l’université, tout en rappelant que la laïcité est une notion inclusive, « qui garantit que chacun, qu’il ait une religion ou qu’il n’en ait pas, a accès à l’université, dans le respect de cet espace de neutralité confessionnelle qu’est le service public. »

Géopolitique

Les événements de janvier 2015 et du 13 novembre 2015 qui ont secoué notre pays doivent provoquer un effort de compréhension de notre monde qui aille au-delà de l’émotion passagère ou des bons sentiments, souvent éphémères. Il revient à l’Université, à ses enseignant-e-s et à ses étudiant-e-s, de répondre à ce besoin en abordant l’actualité grâce à une perspective qui en fasse ressortir les enjeux historiques, géopolitiques, sociologiques ou philosophiques.

Une unité d’enseignement « Pensées critiques », pilotée par l’UFR Sciences Historiques, Artistiques et Politiques, propose de clarifier les connaissances en posant des définitions, en replaçant dans leur épaisseur historique des principes discutés, débattus voire maltraités dans l’actualité, en expliquant les raisons pour lesquelles certains termes font l’objet de controverses voire de conflits. Parmi les thèmes abordés, « République et démocratie », « Qu’est-ce qu’une nation ? », « La laïcité en débat », « La liberté d’expression », « Le sacré », « Croyance et connaissance », « Communication, complot et vérité », « Frontières et mondialisation », « Inégalités et capitalisme ». L’UFR Histoire, les laboratoires IRHIS et HALMA ont organisé avec le soutien de l’université, une journée d’études le 1er décembre 2015 et de débats ouvertes à tous sur le terrorisme contemporain avec une assistance nombreuse.

Un débat : « Comprendre le terrorisme islamiste contemporain », proposé par la Présidence, sera programmé au printemps 2016.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0Email this to someone

Une réflexion au sujet de « Responsabilité sociale de l’université [2014-15] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *