Recherche [2014-15]

Un chapitre du rapport d’activités 2014-2015 de la présidence, (voir le texte complet en PDF ici.)

Structuration de la politique de recherche

Image numérique

Mauve - Médiations visuelles : culture numérique et création

Dans le cadre des projets de recherche financés par le nouveau Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2015-2020 signé le 10 juillet 2015, le projet Mauve a obtenu un financement de 4 millions d’euros . Ce projet a pour objectif de créer des outils numériques pour faciliter l’accès à la connaissance, dans tous les domaines qui touchent de près ou de loin au visuel (y compris en histoire, en archéologie, dans les arts anciens et contemporains, la psychologie, l’histoire de l’art, la mesure du regard, la réflexion sur l’image, etc.). Il s’agit de créer les conditions d’une innovation intensive, en dynamisant et consolidant l’écosystème régional : recherche et développement, tissu économique, lieux et organismes de diffusion culturelle. Ces actions viseront à la fois à développer la recherche, renforcer l’impact des entreprises de la région qui travaillent dans ce domaine, mais aussi à développer l’intérêt des populations de la région pour la science et la culture.

Mauve financera un certain nombre de projets interdisciplinaires. L’objectif est aussi d’en repérer certains qui seront susceptibles de devenir d’importants projets européens (demandant un développement scientifique plus poussé), ou d’être porteurs de partenariat avec les entreprises, ou encore de permettre de valoriser ce domaine de recherche auprès du grand public. Ces projets phares bénéficieront d’une assistance partenariale, administrative et technologique, assurée par une cellule constituée pour le projet. Mauve visera également à renforcer les synergies entre les infrastructures existantes (plateforme EquipEx IrDIVE, PIRVI et Fab-Lab de l’université d’Artois).

RÉSEAU THÉMATIQUE E-magicc

L’Université de Lille ambitionne d’exercer un véritable leadership sur la recherche visuelle. C’est pourquoi l’UdL-SHS a souhaité fédérer la recherche en image numérique, un domaine d’action stratégique (DAS) de la région Nord-Pas-de-Calais. Avec les autres acteurs de la région, elle a œuvré cette année pour que soit créé un réseau thématique sur l’image et les industries culturelles et créatives, à la fois en participant à diverses instances (conseil d’administration de Pictanovo, au bureau du DAS, etc.), mais aussi en recensant plus de 300 chercheur-e-s, dont environ 200 sur la métropole, travaillant sur le sujet. Dans ce cadre, l’université a également initié un ensemble de visites des sites de la région (« E-magicc tour») pour que les acteurs de la recherche et développement puissent mieux se connaître et initient éventuellement des collaborations.

Tout cela s’inscrit dans une dynamique également au niveau des formations. Le master Sciences et cultures du visuel va débuter à la rentrée 2016 (voir ci-dessus). Le gouvernement a également attribué à la région le label « Campus des métiers de l’image numérique et des industries créatives », qui va œuvrer à fédérer universités, lycées professionnels et entreprises, pour bien organiser les parcours de formation (Blog présidence, 3 février 2015.)

Santé

Chaire d’excellence INCA SHS ONCOLille

Pour améliorer la santé de la population, il est essentiel que les découvertes scientifiques de laboratoire soient transférées efficacement vers la société : concevoir et mettre sur le marché de nouveaux médicaments, améliorer la prévention, le diagnostic et les traitements, mais aussi la prise en charge globale des patient-e-s dans toutes ses dimensions. L’apport des sciences humaines et sociales (SHS) pour aborder des questions comme la qualité de vie et le bien-être des patient-e-s ou de leurs proches, la communication soignant-soigné, etc. deviennent de plus en plus essentiels. C’est vrai en particulier dans le domaine du cancer, et c’est la raison pour laquelle l’Institut National du Cancer (INCa) a décidé de créer une chaire d’excellence universitaire sur la recherche translationnelle dans le domaine des SHS.

Pour l’accueillir, l’INCa a choisi l’Université de Lille (Blog présidence, 21 sept. 2015 ). D’une part parce que cette dernière est un membre actif de l’axe SHS d’ONCOLille, un des huit Sites nationaux de Recherche Intégrée sur le Cancer (SIRIC), dans lequel les SHS ont une place importante. D’autre part, parce que l’aspect santé-SHS est une thématique majeure de la politique de recherche de l’UdL-SHS.

Cette chaire favorisera l’intégration des connaissances en SHS, sciences cognitives, affectives et comportementales, cliniques, biologiques, épidémiologiques liées au cancer. Elle a également pour missions non seulement d’inciter à une recherche interdisciplinaire et interventionnelle (c.-à-d. hors de la pratique courante), mais aussi d’accompagner et de soutenir les équipes de professionnel-le-s de santé. Elle contribuera à la transmission et la diffusion des connaissances et des innovations en cancérologie, pour les patient-e-s et leurs proches.

Création d’un comité éthique d’établissement

Le principe de la création d’un comité éthique d’établissement (CEE) a été adopté par le Conseil d’administration du 20 février 2015. Les statuts sont en cours de rédaction. En France, le comité de protection des personnes (CPP) a été mis en place dans le domaine de la recherche interventionnelle. Mais lorsque la recherche clinique est non interventionnelle et qu’elle concerne des données, les questions éthiques doivent être orientées vers un comité éthique pour la recherche (CER). En 2009, le laboratoire URECA a entamé une réflexion qui a abouti à mettre en place un comité d’éthique local (CEL) pour guider les chercheurs lorsqu’ils se posent des questions éthiques sur leurs propres études.

À partir de 2012, des chercheurs d’autres universités ont déposé des dossiers auprès du CEL pour avoir une évaluation extérieure de leurs études. Les demandes ont ensuite afflué parce que des instances comme l’ANR demandent un avis éthique avant d’examiner les dossiers. C’est pourquoi, face à cette situation et dans l’attente du vote des lois européennes en matière d’éthique, l’idée avait été émise en 2012 de créer un CEE qui ne concerne plus seulement la psychologie, mais s’étende à l’ensemble des SHS.

Réseau santé

Afin de fédérer les chercheur-e-s, enseignant-e-s-chercheur-e-s de l’UdL-SHS qui travaillent sur la santé, trois thématiques majeures − outre ONCOLille et le LabEx Distalz (« Development of Innovative Strategies for a Transdisciplinary approach to ALZheimer’s disease ») − ont été identifiées : la prévention en santé, le vieillissement et les handicaps (en lien avec la MESHS).

L’édition prochaine d’une plaquette spécifique « Santé » et des fiches de présentation de chaque thématique devraient permettre de valoriser et de promouvoir les actions menées.

Plus de répondant-e-s aux appels à projets nationaux et internationaux

L’Europe prévoit la possibilité de verser une prime allant jusqu’à 8k€ à l’enseignant-e-chercheur-e déposant un ERC (European Research Council), 8k€ étant le cas d’un-e enseignant-e-chercheur-e investi-e à 100 % sur l’année complète. Cette prime serait financée en totalité sur le projet ERC. En actant le principe de cette prime, l’UdL-SHS souhaite encourager les enseignant-e-s-chercheur-e-s au dépôt d’ERC. Les résultats ont été immédiats : deux ERC ont été déposés cette année, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps.

On observe également une mobilisation accrue autour des projets de coopération européenne (Interreg), à l’occasion de la nouvelle programmation 2014-20 : huit projets ont été déposés pour le 1er appel (France-Wallonie-Vlaanderen).

Unités de recherche : simplification de la gestion et accompagnement des structurations

Gestion commune des unités de recherche communes aux universites lilloises

Avant, chaque établissement de tutelle gérait une portion du budget du laboratoire lorsqu’il était commun à plusieurs universités. Désormais, on désigne un établissement qui reçoit la dotation des autres. Il n’y a donc désormais qu’un budget, ce qui est beaucoup plus simple.

Par ailleurs, la formation aux nouvelles directrices et aux nouveaux directeurs d’unités de recherche proposée par l’UdL-Sciences et technologies est désormais ouverte à celles et ceux de l’UdL-SHS. Cette formation permet de mieux appréhender le rôle de pilote et d’animateur-trice d’une structure de recherche et les responsabilités à assumer.

Accompagnement à la restructuration des laboratoires

Deux nouvelles unités de recherche ont été créées en janvier 2015 (toutes deux unités mixtes de recherche − UMR) :

  • l’UMR SCALab (Sciences Cognitives et Sciences Affectives), regroupant URECA et une partie du laboratoire LNFP de l’UdL-Droit et santé.
  • l’UMR CRISTAL (Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille), issue de la fusion entre le LIFL et le LAGIS.

Un changement est également intervenu dans les équipes lilloises d’économie : l’unité de recherche EQUIPPE n’existe plus. Treize enseignant-e-s-chercheur-e-s ont rejoint l’UMR LEM (Lille Économie et Management) et 7 autres l’équipe d’accueil RIME Lab (Recherche et innovation en Management et Économie). RIME Lab a été créé le 1er avril 2015 à l’initiative des trois universités lilloises, des universités d’Artois et de l’ULCO. Il s’agissait de réunir initialement une cinquantaine d’enseignant-e-s-chercheur-e-s en Management et en Économie (et quelques enseignant-e-s-chercheur-e-s en mathématiques appliquées). Concernant le LEM, cette UMR est issue de la volonté de regrouper et fédérer l’économie et la gestion au sein d’une même entité sur Lille.

Santé

En ce qui concerne la santé, le site lillois vient d’être labellisé comme l’un des sept centres d’excellence français dans le domaine des maladies neurodégénératives (LICEND : Lille Centre of Excellence for Neurodegenerative Disorders). Cela va lui permettre de candidater à des appels à projets réservés à ces centres d’excellence. Le consortium rassemble plus de 250 clinicien-ne-s, chercheur-e-s, ingénieur-e-s et technicien-ne-s ayant une grande expérience dans les maladies neurodégénératives, notamment les maladies d’Alzheimer, de Parkinson et les scléroses en plaques. L’UdL-SHS y participe à travers des projets d’investissement d’avenir (LabEx Distalz, EquipEx IrDive) et des laboratoires (SCALab, CRISTAL).

Les SHS sont également parties prenantes du CPER « Cancer » (un des projets de recherche retenus dans le cadre du CPER 2015-2020), qui préfigure la création d’une structure fédérative regroupant toutes les équipes du site lillois travaillant sur le domaine. Un bâtiment dédié sera prochainement construit sur le site hospitalo-universitaire.

Politique d’aide à la publication des revues de l’UdL-SHS

L’université cherche à rationaliser ses aides à la publication. Elle souhaite également faire en sorte que ses revues obtiennent l’un des labels existants (ceux du HCERES, du CNRS…). Il y a aujourd’hui un peu moins d’une trentaine de revues scientifiques à l’UdL-SHS, d’origines disparates : unités de recherche, associations, etc. Elles sont parfois éditées par le centre de gestion de l’édition scientifique (Ceges) à l’UdL-SHS, ou par les presses universitaires du Septentrion, voire même auto-éditées.

Plusieurs critères ont été retenus pour établir le caractère scientifique de ces revues : possèdent-elles un numéro Issn ? ont-elles une politique éditoriale ? font-elles valider, et de quelle manière, les articles soumis ? l’équipe de rédaction souhaite-t-elle les mettre en ligne sur les trois grandes plateformes nationales de publication en SHS (revues.org, Cairn et Persée) ?

Environ quatorze revues répondent à ces critères. Cinq autres souhaitent les réunir, et elles seront accompagnées pour cela. Le pôle édition de la direction de la recherche pourrait subventionner les revues souhaitant évoluer de la sorte. La question n’est pas d’imposer un seul modèle scientifique (des revues comme celle du CEAC, déméter, souhaitent par exemple avoir une partie scientifique et une partie compléments − vidéos, photos, etc.).

Politique de médiation scientifique et de valorisation

Learning center

Développement du numérique

Au cours de l’année 2014-2015, le Learning center a orienté sa politique de médiation scientifique vers le numérique, en promouvant la réalisation :

  • de web-documentaires sur les grands projets de recherche portés par les laboratoires de l’université. Actuellement un web documentaire sur le papyrus de Callimaque est en cours de réalisation ; un autre sur les écritures cunéiformes du Proche-Orient ancien est en projet.
  • de mini-documentaires (format 5-8 mn) sur le contenu et les résultats de thèses de doctorat (soutenues avec mention très honorable et validées par le CNU), présentés de manière dynamique et illustrée. Ils sont réalisés avec les néo-docteur-e-s, l’équipe du LC et celle de la DUNE, avec le soutien de l’École Doctorale SHS.
  • De films de recherche archéologique (chantier égyptien de Kom Abou Bilou dont l’université et son LC sont partenaires : le film sur la 2e campagne de fouille est réalisé, et celui sur le 3e en préparation )
  • De jeux numériques sur l’égyptologie et l’archéologie destinés à préparer la visite des scolaires aux expositions archéologiques du LC.

Ouverture en direction des territoires

Toujours gratuites et ouvertes à tous, les expositions s’ouvrent aux publics belges : depuis le printemps 2014, certaines visites et ateliers pédagogiques des expositions sont en néerlandais. Trois expositions ont eu lieu en 2014-15 (littérature et interculturalité, écritures cunéiformes, résistance des étudiants allemands au nazisme), en partenariat avec des diverses institutions extérieures (CNRS, Réunion des Musées Nationaux, Goethe Institute, etc.) et des laboratoires de l’université. La prochaine, sur les terres cuites grecques, se déroulera du 1er mars au 6 avril 2016. Les enseignant-e-s-chercheur-e-s assurent la réalisation scientifique des expositions, avec la collaboration de leurs étudiant-e-s. Le Learning center continue d’organiser des interventions en milieu scolaire (du primaire au lycée), en archéologie et égyptologie, assurées par des étudiant-e-s volontaires et formés. Plusieurs conventions lient désormais le LC avec des établissements du secondaire.

Lancement des pages professionnelles

La génération automatique d’une page professionnelle pour les 500 enseignant-e-s-chercheur-e-s de l’UdL-SHS a été lancée fin 2015. L’objectif est qu’il soit facile pour le monde extérieur − collègues étranger-e-s, journalistes, etc. − de trouver les informations sur les enseignant-e-s-chercheur-e-s, leurs publications, leurs spécialités et leurs compétences. Aujourd’hui, l’infrastructure technique est en place. À partir des bases de données existantes, le système extrait automatiquement les informations de base (grade, section CNU, etc.), qui n’ont donc plus besoin d’être mises à jour manuellement par les chercheur-e-s. Un travail s’est fait avec la direction des ressources humaines, notamment, pour la vérification des bases existantes. À plus long terme, il sera nécessaire de construire un référentiel commun des fonctions des personnels à l’échelle de l’Université de Lille.

À noter également la mise en place − avec la DUNE et les Directions des systèmes d’information (DSI) des universités de Lille SHS et droit-santé − d’un outil de création et de gestion des sites d’unités de recherche et des sites de chercheur-e-s. Il permettra à terme de générer automatiquement les pages des chercheur-e-s et d’offrir un habillage commun, mais modulable, aux sites des unités de recherche.

Autres actions

Développement de la MESHS

Le CPER 2015-2020 a apporté son financement à la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS), ce qui va permettre à celle-ci de consolider et de développer son action en faveur de la recherche en SHS. Les actions prévoient notamment des appels à projets de recherche, la pérennisation d’une université d’été européenne sur les humanités numériques (DHNord), une plateforme d’édition multimédia, une autre régionale rassemblant l’information en santé-sciences humaines et sociales, la mise en place d’une stratégie pour la valorisation de la recherche en SHS, un renforcement de l’assistance au dépôt de projets de recherche internationaux (ERC…), des bourses post-doctorales et l’invitation de chercheur-e-s invité-e-s, des traductions du site de la MESHS en langue étrangère.

Données de la recherche

Pour ne pas perdre le fruit d’années de travail, les chercheur-e-s doivent préserver des quantités grandissantes de données. Il leur incombe également de les rendre accessibles à leurs collègues français-e-s et étranger-e-s, un prérequis de plus en plus fréquent dans les grands projets de recherche internationaux. Une enquête menée à l’université a fait le point sur les pratiques, ainsi que sur les données présentes dans les thèses en sciences humaines et sociales. Ses auteurs en ont tiré un livre blanc de bonnes pratiques, paru à la rentrée (voir Blog Présidence, 6 juillet 2015 ).

La procedure de VAE doctorat étendue aux personnels de l’UdL-SHS

La procédure de doctorat par validation des acquis par l’expérience (VAE) s’applique désormais aux personnels de l’UdL-SHS, au sein de l’école doctorale SHS. La soutenance est soumise à des règles strictes : les membres du jury faisant partie de l’UdL-SHS n’ont pas de voix délibérative. L’accompagnement à la VAE est considéré comme une action de formation continue et donc finançable, par le pôle emploi ou l’employeur, au titre d’un projet de formation. Ce financement reste néanmoins facultatif.

Projet de création d’un doctorat artistique

Un projet de doctorat artistique est à l’étude. Les étudiant-e-s reçu-e-s au Fresnoy, par exemple, pourraient préparer une thèse à l’université. Ce doctorat pourrait être également ouvert à l’École supérieure des arts et industries textiles (ENSAIT) de Roubaix et aux autres écoles d’art de la région. Il reste cependant de nombreux points à harmoniser : les niveaux d’études ne sont pas les mêmes. Un travail est en cours, dans un premier temps, sur les équivalences possibles au niveau master.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *