L’Institut des Amériques

L’Institut des Amériques subventionne les colloques et sujets de thèse liés au continent américain. Le 10 avril 2015, une réunion de présentation de cette organisation aura lieu à Lille 3.

« Les aides de l’institut sont loin d’être réservées aux langues ou civilisations étrangères, explique Paul-Henri Giraud, professeur des universités à Lille 3 et l’un des deux référents de l’institut à l’université. Il faut y penser par exemple quand un sujet de thèse ou de colloque fait intervenir, d’une manière ou d’une autre les Amériques. »

L’Institut des Amériques

L’institut, créé en 2007, émane d’une volonté politique. Les autorités souhaitaient fédérer la recherche sur certaines aires géographiques, en y apportant un financement : les cotisations des universités membres n’apportent qu’un quart environ du budget, le reste étant fourni par l’État et le CNRS. Juridiquement, l’Institut des Amériques est un groupement d’intérêt scientifique (GIS) (une convention renouvelable organise la coopération entre ses membres).

Une des particularités de l’IdA est l’existence d’environ une dizaine de contrats doctoraux chaque année. Le principe est le suivant. Le doctorant est mieux rémunéré que pour une bourse de thèse classique. En contrepartie, il s’engage à s’établir dans l’un des pôles de l’IdA à l’étranger et à fournir un tiers de son temps pour y mener un travail administratif. « Il s’agit avant tout d’être un interlocuteur sur place pour les chercheurs. » explique Paul-Henri Giraud. Le doctorant n’a pas la liberté de se baser précisément là où il a besoin de mener ses recherches. Mais il est souvent possible d’être dans un pays limitrophe. « Le fait d’avoir assumé des responsabilités en matière de gestion de la recherche est un incontestable plus dans son dossier, dans la perspective d’un recrutement futur. » La principale difficulté pour les encadrants est d’anticiper : repérer ceux qui souhaitent partir, et choisir un sujet compatible avec ce mode particulier d’exercice de la thèse. « Mais l’institut est efficace, et ce système peut dynamiser une équipe de recherche qui n’en aurait pas forcément eu les moyens financiers par ailleurs. »

L’institut peut également aider les doctorants qui doivent mener des recherches de terrain. Enfin, l’une des grandes activités est la subvention accordée pour l’organisation de colloques. Tous les sujets qui concernent l’aire américaine sont bienvenus. Il existe cependant des thématiques privilégiées par l’institut. Actuellement, ce sont les manifestations qui mettent en relation différentes aires culturelles, par exemple l’aire anglophone et hispanophone, ou un aire américaine avec l’Asie, etc.

Il y a deux appels à colloque par an, en même temps pour les colloque et la recherche doctorale.

La réunion du 10 avril

Le délégué du pôle nord-est de l’IdA, Bruno Monfort (Université Paris Ouest Nanterre la Défense) sera présent à Lille 3 le vendredi 10 avril prochain, de 10h30 à 12h30, en salle B2.454, pour réunion de présentation de l’Institut des Amériques Pôle Nord Est, à l’attention des collègues et des étudiants de Master et de Doctorat.

Mémorandum pour Lille 3 sur l’institut

Des locaux disponibles dans la région parisienne

Les chercheurs peuvent demander une salle de travail dans les locaux de l’Institut pour organiser des rencontres, mais aussi par exemple pour présenter leur dernier ouvrage à un public autre que lillois. Les locaux, au sud de Paris, sont accessibles en métro (ils sont situés à Vanves).

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *