Étudiants : réussite et conditions de vie [2013-14]

(un chapitre du rapport d’activité de la présidence 2013-2014)

Favoriser la réussite

Promouvoir l’initiative étudiante et reconnaître l’engagement étudiant

De nombreux étudiants s’engagent, d’une façon ou d’une autre : organisations humanitaires, associations culturelles, sociales, politiques, etc. Ils peuvent aussi porter des projets d’entreprise susceptibles de créer des emplois et du lien social. Ces différentes formes d’engagement servent la société dans son ensemble et facilitent généralement l’insertion professionnelle des étudiants. C’est pourquoi Lille 3 cherche dorénavant à les y encourager, de diverses manières.

Ainsi, l’université a souhaité que l’engagement citoyen des étudiants puisse être valorisé au travers de l’UE10 − « Vie étudiante » (voir le chapitre « Formation tout au long de la vie »).

Une autre action est d’aider les étudiants à bien identifier les compétences qu’ils ont développées en s’engageant. Un objectif qui a fait l’objet d’une rencontre en mai 2014 à Lille 3 avec les autres établissements de la région (séminaire Pecare).

Enfin, Lille 3 a organisé un mois de manifestations sur l’engagement en novembre 2014. Un « Prix de l’étudiant » a ainsi récompensé 3 projets de ce type. Ce prix sera pérennisé.

Lille 3, comme d’autres universités et écoles, va réserver des places dans certaines formations pour des volontaires du service civique − repérés et sélectionnés par l’Institut du service civique −, selon une convention avec ce dernier passée en décembre 2013.

Dispositifs d’aide à la réussite

Dans le cadre de la réflexion sur la réorientation des étudiants et pour éviter le décrochage, ont été mis en place le Programme régional de réussite en études longues (PRREL) et un diplôme (DU Tremplin) (voir la partie « Formation tout au long de la vie »). L’université continue de soutenir les projets d’aide à la réussite dans le cadre de l’appel à projet « Tutorat d’intégration-accompagnement ».

Les aides financières

Certains étudiants sont dans des situations financières difficiles, sans toutefois pouvoir bénéficier de bourses ou d’aides. L’université a mis en place une commission (dans le cadre du FSDIE « social ») qui peut accorder l’exonération des frais d’inscription. L’université l’a étendu aux doctorants à la rentrée 2014.

Les contrats étudiants-région

À Lille 3, près de 40 % des étudiants doivent travailler pour financer leurs études, ce qui implique des horaires tardifs ou incompatibles avec leur emploi du temps et rend difficile la poursuite de leurs études. C’est pourquoi le Conseil régional a décidé de financer des emplois étudiants créés dans les universités, et plus adaptés à leur parcours et leurs contraintes.

Lille 3 en a bénéficié en 2013-2014, ce qui a permis de mettre en place de très nombreuses initiatives : faciliter l’usage du numérique en bibliothèque, travailler sur le centenaire de la première guerre mondiale, faire des articles sur l’actualité de l’université, organiser des journées de sensibilisation sur les stéréotypes hommes-femmes, être responsable d’une hotline en informatique, contribuer à l’organisation des 40 ans de l’université, etc. Avec l’objectif que ces missions puissent enrichir le CV des étudiants. Au total, Lille 3 a mis en place plus de 80 contrats de ce type. Le Conseil régional renouvelle son soutien pour l’année 2014-2015.

Le handicap

L’université a aujourd’hui la mission de faciliter l’insertion professionnelle et la vie quotidienne des étudiants en situation de handicap. La politique de Lille 3 en la matière suit plusieurs axes. Des chercheurs de Lille 3 vont par exemple travailler avec des entreprises afin de développer de nouveaux outils et équipements pour mieux intégrer les salariés handicapés. C’est l’un des objectifs d’une convention qui sera signée début 2015, en commun avec les universités de Lille 1 et Lille 2.

Un autre axe est d’intervenir dans les lycées et les collèges, car beaucoup d’élèves en situation de handicap ne s’imaginent pas vraiment pouvoir poursuivre des études supérieures. D’où la mise en place cette année de séances d’information sur les campus de Villeneuve d’Ascq, Roubaix et Tourcoing. Elles servent à les orienter et à les informer sur ce qui peut être mis en place à l’université pour les aider : agrandissement de sujets pour les étudiants mal-voyants, reformulation d’énoncé, mise en place d’un « secrétaire » pour la prise de notes, etc. Pour cela, les étudiants présentent leurs demandes devant une commission (la commission plurielle) réunie toutes les semaines, avec des avis possibles en cas d’urgence. Il existait aussi au niveau de chaque UFR un référent handicap. L’université a renforcé le dispositif en cadrant la mission de ce référent enseignant et du secrétariat pédagogique qui lui vient en appui.

En mars-avril 2013, l’université avait organisé pour la première fois un « Mois du handicap », avec des colloques, expositions, représentations théâtrales, tables rondes sur l’insertion. À cette occasion, l’université était devenue l’un des points d’accueil de proximité de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du Nord. Cette structure, qui gère toutes les démarches des personnes en situation de handicap, a proposé aux trois universités lilloises de pérenniser cette manifestation. Ce sera sous la forme d’une biennale qui aura lieu en novembre 2015, soutenue par le Conseil général du Nord. Lille 3 collabore aussi régulièrement avec les universités de toute la région pour partager les bonnes pratiques et réfléchir à des dossiers gérés en commun, par exemple la dyslexie.

Aujourd’hui, les projets en cours sont de faciliter l’accès au stage et l’insertion professionnelle. Plusieurs axes sont actuellement à l’étude : mobiliser les anciens étudiants en situation de handicap et aujourd’hui insérés, organiser des rencontres recruteurs-étudiants (« job-cafés ») et aussi travailler avec des entreprises partenaires pour qu’elles proposent des stages et des offres d’emploi. Cela permettra de mieux orienter les étudiants dans les différentes filières.

Cette politique porte ses fruits. En 2013-2014, le nombre d’étudiants qui se déclarent en situation de handicap en arrivant à l’université a augmenté (plus de trois cents contre une petite centaine il y a quelques années).

Poursuivre l’amélioration des conditions de vie des étudiants

Les services de santé mènent une action de prévention dans plusieurs domaines, comme l’alcoolisme et le stress. À la rentrée 2013-2014, dans le cadre d’un projet de recherche-action mené par une équipe de Lille 3, une enquête a été lancée sur le perfectionnisme et le bien-être à l’université. Cette enquête s’adressait aux nouveaux bacheliers qui venaient d’entrer à Lille 3. Elle a mis en évidence différents types de perfectionnismes à l’œuvre chez les étudiants. Au cours de l’année 2013-2014, l’équipe a organisé une conférence d’information à destination des étudiants et devrait renouveler l’expérience l’année prochaine. À plus long terme, cette équipe cherche à mieux comprendre ces mécanismes et à développer des méthodes permettant d’identifier les étudiants à risque. L’objectif serait alors de mettre en place des modules de prévention et d’accompagnement.

Mieux intégrer les étudiants à la vie de l’université

Il est important que les étudiants participent à la vie démocratique de l’université. C’est pourquoi Lille 3 a organisé des réunions sur les élections pour rappeler leur importance. Les différentes listes ont été rencontrées. L’université a également réactivé le Conseil des étudiants. Ce conseil existait dans les statuts mais n’avait pas été réuni depuis plusieurs années. Son rôle est d’émettre des avis et de formuler des propositions sur des sujets qui concernent les étudiants. Il peut être également consulté sur la stratégie de l’université. Il a été réuni en octobre 2014 et le sera régulièrement à l’avenir.

À la rentrée 2014-2015, le vice-président étudiant et la responsable du Bureau de la vie étudiante ont commencé à organiser des permanences régulières dans sites délocalisés, à Roubaix et Tourcoing. Le but est d’informer les étudiants sur les aides sociales et celles versées aux associations, sur l’accompagnement des étudiants en situation de handicap, etc.

Pour faciliter son intégration, dès sa toute première rentrée à l’université, il est important que l’étudiant néo-bachelier puisse appréhender très vite son nouvel environnement. A cette fin, l’université Lille 3 a organisé un nouvel événement en septembre 2014 : les Journées d’intégration et de vie étudiante (les « Jivé  »). Le format est à la fois informatif − conférences inaugurales, visites guidées du campus, séances d’information sur l’insertion professionnelle, etc. − et festif − pièce de théâtre, concerts, etc. Ces journées seront réorganisées en 2015, mais sur une période un peu moins longue.

Sigles

Pecare : Portefeuille d’expériences et de compétences acquises pour la réussite des étudiants dans le cadre de leur engagement

FSDIE : Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *